Vaccination : les ratés des laboratoires

04 février 2021

Alors que la vaccination de masse est au cœur de la lutte contre la pandémie, les laboratoires qui fabriquent les vaccins accumulent les ratés : problèmes industriels, logistiques…

Aperçus dans la presse...


Le Courrier Picard
Les Anglais sont aussi en retard : Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca, mis en cause en Europe en raison de retards de livraison de son vaccin contre le Covid-19, ne prend certainement pas de vaccins aux Européens pour les vendre ailleurs avec profit, affirme son P-DG Pascal Soriot. Cela n’aurait aucun sens, a déclaré le dirigeant français dans une interview donnée mardi [26 janvier]. En effet, Le laboratoire, partenaire avec l’université d’Oxford, s’est engagé à ne pas réaliser de profits sur la vente de vaccins durant la pandémie. Puisse-t-il dire vrai !

Le Point
Les politiques montent au créneau : Alors que la campagne de vaccination française est actuellement ralentie par des retards de livraison de la part de Pfizer et BioNTech, le gouvernement commence à hausser le ton. Invité sur Europe 1 ce vendredi [22 janvier], Clément Beaune, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a invité les deux laboratoires à tenir leurs promesses. On a signé, nous Européens, des contrats avec ces laboratoires. Ces contrats sont obligatoires. Il peut y avoir des pénalités ou des sanctions en cas de non-respect des engagements, a-t-il assuré, tout en affirmant que les livraisons retrouveront leur rythme normal à partir de lundi 25 janvier. Vendredi dernier [22 janvier], Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, s’était entretenue avec le président de Pfizer au sujet des délais de livraison, explique Clément Beaune sur Europe 1. Un plan a depuis été mis en place afin de respecter, à partir du 25 janvier, le calendrier de livraisons à l’Union européenne qui était initialement prévu. On peut l’espérer !

BFM TV
Bruxelles se mobilise : Après les retards annoncés par AstraZeneca et la baisse des livraisons de Pfizer, le président du Conseil européen, Charles Michel, a prévenu que les entreprises devaient respecter les contrats signés. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a réclamé dimanche [24 janvier] que les entreprises pharmaceutiques fassent preuve de transparence sur les raisons des retards de livraison des vaccins contre le Covid annoncés par AstraZeneca et Pfizer.

Europe 1
La station de radio revient sur une information qui fait du bruit depuis quelques jours : Avec l’annonce de l’arrêt du principal projet de vaccin de l’institut Pasteur contre le coronavirus, on pouvait penser que la France était hors course dans le dossier de la vaccination. Et pourtant, parmi les plus de 200 entreprises dans le monde qui se sont lancées au printemps dernier dans une course au vaccin, il y a Valneva. Cette petite start-up française basée à Nantes va commercialiser son propre remède à l’automne. Mais les premières doses de cette société tricolore iront directement... au Royaume-Uni.. A cela, nul hasard, explique encore Europe 1. Malgré la philosophie gouvernementale développée avant crise, la petite start-up n’a pas reçu le soutien qu’elle espérait : Car ce sont bels et bien les Britanniques qui ont entièrement financé les essais cliniques de l’entreprise. Mais l’Union européenne veut combler son retard en commandant 60 millions de doses pour début 2022.

Le Journal du Dimanche
Pendant ce temps, les célèbres labos français semblent être en difficulté sont dans les choux : On les appelle le G5 : Sanofi, Servier, Ipsen, Pierre Fabre et BioMérieux. Des laboratoires français innovants, à forte empreinte industrielle dans le pays, mais qui ne jouent plus les premiers rôles au niveau mondial, à l’exception de Sanofi. La pandémie a révélé la gravité de la crise de croissance qu’ils traversent. Le diagnostic est sévère mais les remèdes sont connus, si notre pays veut retrouver son indépendance sanitaire. Par exemple, redonner sa place, sur le territoire national, à la recherche fondamentale et lui apporter davantage de moyens, pérennes, cela au lieu de laisse la main à des groupes privés qui ont montré leur goût pour les profits immédiats ce qui est souvent incompatible avec les impératifs de temps et d’argent nécessaires aux découvertes scientifiques…

4 février 2021

Christophe Chiclet

Journaliste l’InFO militante