Prix de l’énergie : le gouvernement ne fait pas de cadeaux

22 octobre 2021

Si le gouvernement vante ses mesures présentées, tels des soutiens au pouvoir d’achat des actifs et retraités ou encore à la formation des demandeurs d’emploi, ces assertions volent en éclats à l’épreuve de la réalité : des mesures et des réformes qui, au contraire, attaquent les droits ou encore réduisent les moyens des services publics au nom de la réduction des dépenses publiques, y compris depuis la crise.

Chaque jour, FO mène ainsi une bataille, âpre, pour la défense des droits, pour l’emploi ou encore pour la hausse des salaires de travailleurs dont le porte-monnaie est actuellement asséché par des dépenses contraintes supplémentaires, liées notamment à la flambée des prix de l’énergie.

Panorama…

L e gouvernement redouterait-il de nouveaux mouvements sociaux liés à la hausse vertigineuse du prix de l’énergie ? Les tarifs du gaz ont bondi de 12,6 % en octobre, et une nouvelle hausse est attendue en novembre. Et l’électricité pourrait connaître une flambée des prix dès février 2022. Quant au carburant, son prix ne cesse de s’envoler. Face à cette situation, l’exécutif a multiplié les annonces ces dernières semaines pour prétendument préserver le pouvoir d’achat des ménages.

Tour de passe-passe

Ainsi, un bouclier tarifaire sera mis en place en novembre. Or il s’agit d’un tour de passe-passe pour le secrétaire général de FO, Yves Veyrier. En effet, si ce système permet de geler la hausse des prix du gaz jusqu’en avril et de limiter celle de l’électricité, la note sera ensuite étalée dans le temps, et sera donc bien payée par les ménages… à la fin du printemps 2022.

De même, Yves Veyrier juge insuffisant le chèque énergie de 100 euros qui sera versé aux ménages les plus pauvres. Car non seulement ce montant ne permettra pas de compenser la hausse des factures, mais son versement reste soumis à conditions de ressources, excluant de fait tous ceux qui dépassent de peu le seuil de pauvreté. Pour FO, seule la hausse des salaires permet de préserver le pouvoir d’achat.

21 octobre 2021
Clarisse Josselin
Journaliste à L’inFO militante