Social et médico-social : les « oubliés de Ségur », toujours sur le front

20 janvier 2022

Encore et toujours, ils sont mobilisés et le 18 janvier, à l’appel d’une intersyndicale à laquelle participe FO (SPS-FO et UNSPFO) ils étaient en grève. Les salariés du secteur social ainsi que médico-social exigent que leur soit octroyée la hausse salariale de 183 euros qu’a actée le Ségur.

Alors qu’ils n’ont toujours pas obtenu satisfaction au fil des rencontres qui se sont tenues depuis des mois avec les représentants du gouvernement, ce dernier vient enfin de fixer une date pour la conférence sociale dédiée à ces secteurs.

Ce sera le 18 février. D’ici là, les professionnels comptent bien maintenir la pression et se faire entendre à travers plusieurs mobilisations..

A travers une grève le 18 janvier à l’appel d’une intersyndicale, comptant la fédération SPS-FO et l’Union nationale des syndicats FO de la santé privée (UNSPFO), les oubliés du Ségur, soit encore des dizaines de milliers de salariés, ont montré qu’ils restaient mobilisés pour exiger la reconnaissance de leur travail, via l’octroi de la mesure salariale de 183 euros qu’ont obtenu les personnels des hôpitaux et des maisons de retraite à l’été 2020 via le protocole signé notamment par FO. La mesure (CTI) n’a en effet été étendue que progressivement et surtout partiellement à d’autres secteurs.

Le 18 février, la conférence sociale, enfin !

 Il n’est plus l’heure de prendre son temps avec une énième mission pour trouver les solutions à apporter pour restaurer l’attractivité de ce secteur, s’indignait l’intersyndicale en amont de la journée du 18 janvier, tandis que la mission Laforcade n’a apporté aucune solution salariale. Or,  c’est un problème d’équité. Certains professionnels démissionnent, ils sont dégoûtés par l’absence de reconnaissance de leur métier indiquait de son côté Didier Birig pour FO-SPS. Suivie dans de nombreux établissements, la grève porte déjà ses fruits : le gouvernement qui avait annoncé fin décembre sa décision de repousser au premier trimestre 2022, et sans programmer de date, la tenue de la conférence sociale sur les métiers de l’accompagnement social et médico-social, a dû réexaminer son calendrier. Cette conférence, qui devrait notamment traiter de la question des 183 euros, aura lieu le 18 février prochain, a-t-il indiqué le jour de la mobilisation du 18 janvier.

En mai dernier, les organisations syndicales avaient signé un accord avec le gouvernement à la suite de la mission Laforcade sur l’extension de cette augmentation salariale pour les personnels sociaux, médico-sociaux et paramédicaux. Le texte prévoyait que s’agissant des autres métiers qui ne sont pas exposés aux mêmes logiques concurrentielles mais jouent un rôle indispensable dans l’accompagnement des personnes, la question de l’évolution de leur rémunération nécessite un travail complémentaire plus large associant l’ensemble des financeurs et tenant compte de tous les facteurs d’attractivité et en cohérence avec les besoins des secteurs. Ce travail sera engagé d’ici à fin 2021 dans le cadre d’une conférence sociale.

Mobilisés, toujours

Pour la fédération SPS-FO qui s’élève contre une rupture d’égalité, il s’agit avant tout d’obtenir une mesure qui est déjà appliquée aux soignants. Or, pour l’instant, de 450 000 à un million de professionnels, qu’ils travaillent dans le versant hospitalier ou territorial de la fonction publique ou encore dans le secteur privé ne bénéficient pas de la mesure salariale Ségur ont expliqué le 17 janvier lors d’une conférence de presse les représentants de l’intersyndicale.

Après cette grève du 18 janvier, d’autres actions sont prévues, à commencer par la participation active des professionnels du social et médico-social à la journée de mobilisation interprofessionnelle, le 27 janvier à laquelle appelle entre autres FO. Elle  sera l’occasion pour nous de porter haut et fort la revendication d’extension de cette hausse de 183 euros à tous les personnels médicaux et paramédicaux, explique Franck Houlgatte secrétaire général de l’UNSPFO.

Le 11 janvier dernier, la fédération FO de l’Action sociale (FNAS-FO) dénonçait de son côté la recommandation de la confédération patronale AXESS de réserver dans le secteur la mesure salariale aux seuls soignants. Ce qui exclut quelque 700 000 salariés. Le secteur, annonce une mobilisation le 1er février à l’appel d’une intersyndicale à laquelle participe la FNAS. Au-delà de la revendication de la mesure salariale de 183 euros la fédération demande aussi notamment le respect et l’amélioration des conventions collectives, ou encore un plan d’urgence pour l’amélioration des conditions de travail et l’obtention de moyens nécessaires, à la hauteur des besoins de tous ceux dont nous nous occupons. Le malaise qu’expriment depuis des mois les professionnels du social et du médico-social est profond, la dimension salariale s’accompagnant de revendications sur les conditions de travail et les moyens à apporter à ces secteurs. La conférence sociale du 18 février devra l’entendre…

20 janvier 2022
Cholé BOUVIER
pour l’InFO militante