A quoi ressembleront les écoles de police municipale de demain ?

Rédigé le 30/11/2022

Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale a décidé de créer quatre centres de formation dédiés aux policiers municipaux. Ils seront implantés à Angers, Montpellier, Marseille et Meaux, et ouvriront dès 2023.

C’est une mini révolution. Dès 2023/2024, les policiers municipaux auront leurs propres écoles de police : ils seront formés dans l’un des quatre nouveaux centres dont la création a été actée par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). Ces écoles, situées à Meaux (Ile-de-France), Angers (Maine-et-Loire), Montpellier (Hérault) et Marseille (Bouches-du-Rhône), formeront les agents de la troisième force de sécurité du pays !

Selon une enquête menée par le CNFPT, plus 11 000 nouveaux agents de police municipale devraient être recrutés d’ici 2026 pour combler les départs en retraite (3500 agents) et surtout renforcer les effectifs (7500 recrutements prévus). Ces recrutements porteront les effectifs de la filière à plus de 32 500 fonctionnaires en 2026. « Aujourd’hui, la police municipale, c’est 1,2 % du nombre de fonctionnaires dans la FPT, et elle consomme 11,5 % du budget du CNFPT. Nous sommes donc déjà au maximum de nos capacités. Et il va y avoir un  besoin accru de formation », résume François Deluga, président du CNFPT.

Fort de ce constat, le CNFPT a donc élaboré un plan de réorganisation de la formation de la PM, adopté cet été en conseil d’administration. Ce plan prévoit la création de ces quatre centres, mais aussi un nouveau séquençage de la formation et une mise à jour du contenu pédagogique.

Premiers élèves dès 2023

Concrètement, les quatre écoles prendront place sur des sites déjà existants et disposeront chacune, outre de salles de classe, de leur propre centre de tir. A Meaux, par exemple, le futur centre sera implanté dans d’anciens locaux de la chambre des métiers, situés dans une zone d’activités.

« Nous avons fait le choix, pour répondre à l’urgence, de ne pas construire de nouveaux bâtiments mais de racheter et rénover des bâtiments existants. Toujours pour répondre au plus vite aux besoins, nous allons, le temps des travaux, installer des préfabriqués sur les différents sites pour pouvoir accueillir les premiers élèves dès 2023 », précise François Deluga.

Chaque école couvrira une zone géographique. « L’école de Meaux aura en charge la formation des policiers d’Ile-de-France, du nord de la France et peut-être aussi de l’Est », se félicite Jean-François Copé, qui ambitionne de faire de Meaux « une référence en matière de sécurité » : « Nous avons déjà une police municipale reconnue dans le monde de la sécurité, avec un effectif de 180 agents tout compris, des policiers armés et 320 caméras de vidéosurveillance. Demain, nous serons aussi une référence en matière de formation. »

Un nouveau contenu pédagogique

Attention, tous les cours ne seront pas dispensés dans ces quatre centres. Les délégations continueront en parallèle à assurer des modules de formations dans les différentes régions de France.

Toujours dans un souci d’efficience, le CNFPT est en train de revoir, avec le ministère de l’Intérieur, le déroulé de la formation initiale. « Demain, il n’y aura sans doute plus une formation linéaire de six mois, mais des modules répartis dans le temps pour que les agents puissent être plus vite opérationnels », précise François Deluga. Pour réduire les délais d’attente, le CNFPT entend aussi développer les formations à distance et augmenter le nombre de stagiaires sur chaque session.

Enfin, des discussions sont en cours, toujours avec la place Beauvau, pour adapter le contenu pédagogique aux nouveaux besoins (brigades cynophiles, armement, caméras piétons, etc).

29 novembre 2022
La Gazette des Communes