Respecter la santé au travail et la sécurité au travail en tant que droits fondamentaux au travail

Rédigé le 29/04/2021

Nous nous souvenons des travailleurs qui sont morts au travail tous les 28 avril et nous nous consacrons à nouveau à nous battre…

La pandémie de Covid-19 a en outre mis en évidence l'importance cruciale de la sécurité au travail pour la santé physique et mentale des travailleurs.

Le bilan des décès des agents de santé dus à la pandémie est d'au moins 17 000 personnes. Cela signifie que plus d'un agent de santé meurt toutes les 30 minutes. Les travailleurs de tous les autres secteurs ont également été touchés à des degrés divers.

Toutes les 12 secondes, il y a un décès lié au travail quelque part dans le monde

Des millions de travailleurs continuent de mourir en raison d'un manque de sécurité sur le lieu de travail. Toutes les 12 secondes, il y a un décès lié au travail quelque part dans le monde. Beaucoup d'autres souffrent de maladies chroniques ou aiguës. Le stress et l'épuisement professionnel contribuent également de manière significative à nuire à la santé mentale des travailleurs surmenés et souvent sous-payés.

Cette situation inquiétante doit cesser. Malgré l'inclusion formelle de la sécurité et de la santé au travail en tant qu'aspect central du concept de travail décent, il ne s'agit pas encore d'un droit fondamental au travail (FRAW) de l'Organisation internationale du travail (OIT).

La reconnaissance par l'OIT de la sécurité sur le lieu de travail en tant que FRAW clé conduirait à son inclusion avec la liberté d'association, le droit de négociation collective et les conventions contre le travail des enfants et le travail forcé en tant que composantes des Principes et droits fondamentaux au travail (FPRW). En nous souvenant des morts, nous nous battrons pour gagner cette reconnaissance aujourd'hui et jusqu'à la victoire.

28 avril 2021
Source ISP PSI