Reconstruire l'organisation sociale des soins

Rédigé le 30/09/2021

Au centre de ces crises se trouve le travail de soin historiquement assumé par les femmes. Le soin est la reproduction quotidienne de la vie, le fondement sur lequel la vie elle-même existe - humaine et planétaire - et les économies fonctionnent.

L'organisation sociale actuelle des soins : comment les besoins de soins sont-ils satisfaits ? l'interrelation entre le travail de soins non rémunéré, le travail de soins (sous) rémunéré, l'approvisionnement public, l'approvisionnement privé et les dispositifs de soins communautaires est fondamentalement déséquilibrée, inégale et finalement insoutenable. Il place le fardeau, le poids et la majorité du travail nécessaire sur les soins et le travail domestique des femmes.

À la maison et au sein des communautés, à travers des chaînes de soins mondiales où les femmes vivant dans la pauvreté, les femmes noires et brunes des pays du Sud comblent le manque de soins tout en étant sous-payées et dans des conditions de travail précaires grâce à des services, publics et privés. Cette injustice est doublée et triplée dans le cas des femmes qui subissent des formes multiples et croisées de discrimination en raison de leur classe, race, orientation/identification sexuelle, handicap, âge ou statut de migrant, entre autres dimensions.

Rejoignez-nous dans un mouvement mondial appelant à reconstruire l'organisation sociale des soins. Il est temps de reconnaître la valeur sociale et économique du travail de soins (rémunéré ou non) et le droit humain aux soins. Signez le manifeste 

Cette crise des soins sous-tendue par une division internationale du travail genrée et racialisée doit cesser !

Les États excusent souvent leur incapacité à réaliser les droits des femmes en invoquant leur manque de ressources financières. Le système fiscal international défaillant - et le système économique néolibéral dans son ensemble - continue de faciliter l'extraction de richesse du peuple - en particulier du Sud global - tout en la concentrant entre les mains d'une élite - principalement des hommes du Nord global.

Pendant ce temps, la déréglementation, la privatisation, la consolidation fiscale (austérité) et le fardeau écrasant de la dette néocoloniale renforcent encore ces déséquilibres de pouvoir extrêmes entre les femmes et les hommes, les pays du Sud et du Nord, les travailleurs et les entreprises. Cela épuise les ressources mondiales et locales pour financer des services de soins publics de qualité et permettre un travail de soins décent et bien rémunéré et une protection sociale universelle.

Dans ce contexte, les politiques fiscales nationales régressives, souvent encouragées ou imposées par les institutions financières internationales, sapent la responsabilité des États de fournir des services publics garantissant les droits.

Nous exigeons la fin du paradigme et du système économique dominants qui non seulement sapent les droits des femmes, mais exacerbent les inégalités entre les sexes. Nous exigeons qu'il soit mis fin au manque de volonté, d'allocation des ressources et de capacité des États à organiser les soins en tant que bien public. Nous rejetons et contestons la capture par les entreprises de nombreux États qui ne se conforment pas à leur obligation de respecter, protéger et réaliser les droits humains. Nous exigeons que les États considèrent les soins comme un bien public et une responsabilité sociale collective, plutôt que comme la responsabilité « privée » d'un ménage qui incombe principalement aux femmes. Ce chemin conduit à l'effondrement de l'humanité et de la planète, comme il brise les femmes. Il faut en finir maintenant !

Nous appelons à la création d'un mouvement mondial pour reconstruire l'organisation sociale des soins unissant nos forces pour :

  • Reconnaître la valeur sociale et économique du travail de soins (rémunéré ou non) et le droit humain aux soins.

  • Récompenser et rémunérer le travail de soins avec un salaire égal pour un travail de valeur égale, des retraites décentes, des conditions de travail dignes et une protection sociale complète.

  • Réduire le fardeau du travail de soins non rémunéré pour les femmes.

  • Redistribuer le travail de soins au sein des ménages, entre tous les travailleurs, en éliminant la division sexuelle du travail et entre les ménages et l'État.

  • Reconquérir le caractère public des services de soins et restaurer le devoir et la responsabilité première de l'État de fournir des services de soins publics et de développer des systèmes de soins qui transforment les relations de genre et la vie des femmes - y compris en finançant la capacité de l'État à investir par une fiscalité juste et progressive et garantir l'égalité internationale des droits d'imposition des États-nations.

  • 30 septembre 2021
  • ISP PSI