Journée mondiale de lutte contre la traite des êtres humains

Rédigé le 02/08/2021

Des dessinateurs du monde entier expriment leur vision du travail forcé

 

Pour célébrer la Journée mondiale de lutte contre la traite des êtres humains, l’Organisation internationale du Travail et l’organisation non gouvernementale Ressources humaines sans frontières ont annoncé le nom des gagnants d’un concours international de dessins axé sur le thème du travail forcé.

 

Trois dessinateurs originaires respectivement du Portugal, d’Ouzbékistan et de Turquie ont obtenu les trois premiers prix d’un concours international de dessins visant à mieux faire prendre conscience de la problématique de l’esclavage moderne.

 

Ils ont été désignés par un jury et par le grand public, sur la base de 460 œuvres présentées par des dessinateurs issus de 65 pays, dans le cadre de la thématique «Et si votre crayon était un outil contre le travail forcé?».

 

Le concours a été organisé par l’Organisation internationale du Travail (OIT) et Ressources humaines sans frontières (RHSF) , en partenariat avec Cartooning for Peace  (Dessins pour la paix). Y ont été présentés des dessins très variés, qui transmettent des messages forts destinés à favoriser la réflexion.

 

«Le travail forcé est un sujet complexe», explique Philippe Vanhuynegem, chef du Service des principes et droits fondamentaux au travail de l’OIT, qui ajoute: «On a souvent recours à des stéréotypes, comme les chaînes et les boulets, pour illustrer l’esclavage moderne. Or, de nos jours, les mécanismes de contrainte pour obliger une personne à travailler peuvent être beaucoup plus subtils et prendre diverses formes: tromperie, confiscation du passeport, rétention du salaire, manipulation de dettes. Ces dessins remettent en question la perception du travail forcé.»

 

Le jury était composé d’experts de l’Alliance 8.7  contre le travail forcé et le travail des enfants, de plusieurs militants et anciennes victimes d’exploitation, ainsi que de représentants de la Confédération syndicale internationale (CSI), de l’Organisation internationale des employeurs (OIE), du Réseau mondial d’entreprises de l’OIT sur le travail forcé, du ministère du Travail des États-Unis, de l’OIT et de RHSF.

 

la suite en cliquant sur le lien suivant 

https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_815633/lang--fr/index.htm